Categories

Accueil du site > Souliers > Bottiers - Cordonniers - Technique > Vienne et ses bottiers

1er novembre 2011
Sirine

Vienne et ses bottiers

Vienne est une ville des plus agréables. Riche de son histoire, de son architecture (du baroque à l’art nouveau), de ses fameux cafés (les lieux et le breuvage), de ses pâtisseries, de ses multiples espaces verts. L’impression est celle d’une réelle douceur de vivre, d’une discrète élégance. Et pour quelques personnes dont la névrose se nomme « souliers », c’est aussi une cité riche d’une belle tradition bottière, encore bien vivante. Petit tour d’horizon à travers quatre enseignes.

Scheer

A tout seigneur tout honneur, commençons par Rudolf Scheer (et fils !).
Située dans une petite rue donnant sur le Graben (et à quelques mètres de la superbe maison Knize), c’est le bottier viennois le plus prestigieux. Il ne fait que de la grande mesure. Les quelques modèles que j’ai pu y observer sont superbes, d’une grande finesse. Le choix de ses clients se porte assez peu sur les modèles traditionnels du type Budapester. Compter au moins 3.000 euros pour une paire de souliers bas, et environ huit mois de délai.

Materna

Autre maison ancienne, établie en 1927, Materna est située tout près de l’Opéra et du fameux hôtel Sacher. S’agissant des modèles, ce bottier se place davantage dans une tradition austro-hongroise, tels que ses superbes derbys en cuir grené, pleins de petits trous. Et une impressionnante variété de cuirs, dont l’éléphant. Il s’agit plutôt de demi-mesure que de véritable mesure. Compter 1.300 euros pour une paire.

Balint

Balint est une maison plus récente, qui bénéficie d’une bonne réputation grâce notamment aux commentaires recueillis sur les forums anglo-saxons type Style Forum. Située à 10 minutes de marche du Graben, elle propose une offre mesure et demi-mesure. Compter à partir de 1.400 euros pour la mesure, et 800 pour la demi-mesure. Les souliers sont réalisés dans un atelier situé en Roumanie. Des modèles variés, plus ou moins classiques, très bien réalisés. Le fondateur est malheureusement décédé en 2010, mais sa femme et son fils poursuivent l’activité. Balint possède une autre boutique à Zurich.

Maftei

Autre maison assez récente, Maftei possède deux boutiques à Vienne, dont l’une non loin de la boutique Balint. Les modèles proposés sont, pour certains, presque « berlutiens », ce qui peut ne pas plaire pas à tout le monde. J’apprécie particulièrement leurs monks. Leur bottine en galuchat n’est pas mal non plus.